Recherche-Action

C’est pour nous le cadre de travail le plus confortable et le plus pertinent, mais aussi le plus coûteux en termes de temps, d’implication et de financement. Si l’on s’accorde pour dire qu’il n’existe pas de modèle de recherche-action ; nous avons cependant posé un certain nombre d’invariants, de jalons dans notre méthodologie. Le but est de garantir une objectivation la plus pertinente en termes de production de savoir. Pour ne pas se contenter de décrire les mécanismes sociaux mais aussi épier les pratiques émancipatrices, nous faisons le choix de nous doter d’outils qualitatifs issus de la sociologie critique ainsi que de la clinique et de l’anthropologie politique. Chaque recherche-action (enquête en amont) ou action-recherche (enquête dans une tentative) est unique et se construit nécessairement avec les premier-ère-s concerné-e-s.

Un exemple simple ; nous refusons toute sollicitation de travail avec les jeunes/les femmes/les habitants… qui ne les associerait pas directement au processus d’enquête.

Partir de soi pour parler du monde

Premier temps nécessaire à la constitution du groupe, au temps de se rencontrer et de se raconter. Premier pas vers la dénaturalisation du social, l’appréhension de son histoire et celle de l’autre, la considération comme sujet social et politique.

  • Exercice d’expression personnelle

  • Initiation aux récits de vie

  • Sociologie des prénoms

  • Cartographie sociale

  • Petite histoire et Grande Histoire

 

Choisir son terrain et décrire le réel

Pour construire une démarche de recherche, il est nécessaire de choisir son terrain ; un lieu, un espace-temps, un groupe… À partir des possibles exprimés par le groupe, nous choisirons un ou plusieurs terrains en fonction du nombre de participant-e-s. Une fois le choix effectué, nous commencerons l’initiation à l’observation ethnographique par le travail des sens et de la prise de note.

  • Exercice de description

  • Apport sur l’ethnographie

  • Méthodes des choix (Boule de neige, débat pétale…)

  • Projection individuelle et collective sur base documentaire

  • Entendre, voir et retranscrire, technique de prise de note

 

À la rencontre de la parole de l’autre

Le statut de la parole n’est pas neutre, et le travail éthique qu’il suppose est important. Le troisième temps de travail propose de s’éprouver à travers l’outil de l’enquête conscientisante, la création des questionnaires et la passation d’entretien au sein du groupe de travail dans un premier temps, puis sur le(s) terrain(s).

  • Découverte de l’écoute active (Pense-écoute, groupe d’interview mutuel…)

  • Construire une / des questions à travers une grille d’entretien

  • Apport sur les différentes pratiques d’entretien et de questionnaire

  • Travailler sa posture, relancer, questionner sans blesser

  • Découverte de la prise de son et de son traitement

 

Construire sa pensée, mettre en mot ses matériaux

À ce stade, les matériaux commencent à s’accumuler ; enregistrement audio d’entretien, carnet ethnographique, schéma d’espace, photo… Articulant petit et grand groupe, nous travaillerons à faire le tri dans les informations, choisir les éléments problématiques, amener des concepts pour penser la complexité. Cette étape peut se répéter en fonction de la richesse des situations et de la dynamique du groupe.

  • Méthode d’arpentage

  • Travail des matériaux et de l’expérience du sensible

  • Énoncer des situations problématiques

  • Conceptualisation du réel, manier les notions sociologiques

  • Trier, faire le deuil de vouloir tout dire

 

Écrire la complexité, diffuser le savoir

Moment de synthèse, d’écriture finale du travail effectué durant et entre les séances précédentes.

Après apport et échange sur les différents modes de restitutions d’un travail de recherche ; Texte scientifique / Roman / Exposition / Conférence / Conférence Gesticulée / Théâtre de l’opprimé / Vidéo… Choix et création du support, organisation de la première restitution.

  • Écriture collective

  • Mise en forme / Mise en corps

  • Stratégie de diffusion et impact de la démarche

  • Présenter son travail et rendre compte

  • Prendre en compte les retours et les critiques

 

Formats / Tarifs

½ journée 600 € pour deux intervenant⋅e⋅s.

Soit un coût journalier de 1200 € / jour

Incluant temps de préparation et accompagnement individualisé hors temps de formation.

Minimum 6 demi-journées soit 3600 € TTC

Moyenne 6 journées soit 7200 € TTC

Frais de déplacement, hébergement, repas non-inclus

Ces tarifs sont à titre indicatif, pour un devis détaillé Nous contacter

 

Recherche-Action en cours

 

  • MJC du Verdunois

  • Collectifs Prev’ IDF

  • Paroles de Jeunesses – Les Papavéracées